La Délégation de la Polynésie française à Paris a accueilli, ce jeudi soir, le peintre Bernard Herrmann lors d’une soirée culturelle qui lui était consacrée.
Le livre, « Peinture, et Sculpture de Bernard Herrmann », sorti fin 2017 aux Editions L’Harmattan, a été au coeur de cette belle et sympathique rencontre.
L’ouvrage retrace de manière juste et complète le très riche parcours de l’artiste. Paul-Loup Sulitzer, dans sa préface, n’hésite d’ailleurs pas à parler d’un « univers Herrmanien » marqué par le dysréalisme. Courant que l’on pourrait définir comme l’art de créer de manière aussi étonnante que décalée. Celui aussi de mettre en valeur ce que personne ne voit ou ne voit plus, ou encore d’associer des genres ou styles a priori opposés. Bref de surprendre et d’aller là où personne ne vous attend.
Bernard Herrmann, Alsacien, médecin dermatologue plasticien réputé, influencé par ses lectures de Victor Segalen, a peint plus de 287 toiles durant quinze ans à Tahiti mais aussi Nouméa. Des œuvres de toute beauté.
Sculpteur, de surcroît, il a travaillé la pierre en Polynésie et le métal en Nouvelle-Calédonie.
Sa simplicité et son humanité ont touché le public présent.

0 Commentaires

Laisser une réponse

©Délégation de la Polynésie française à Paris

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account